Le plein de rencontres, de culture et d’énergie à Miami

par | 9/04/2019

26/05/2018-29/05/2018

Profitant d’un long week-end, j’ai pris mes vols pour me rendre à Miami, Floride. En guise d’introduction, il me semble important de préciser que les conditions météorologiques n’ont pas été optimales lors de mon séjour. En effet, les deux jours de tempête sur les quatre passés là-bas ont sûrement influé sur mon programme et sur l’opinion que j’ai de cette ville. Néanmoins, j’ai apprécié mon voyage et essayé de découvrir quelques-unes des facettes de Miami. 

Samedi : découverte du centre-ville

Arrivée à Miami, je décide directement de me rendre au quartier Little Havana que l’on m’avait conseillé de visiter. Il reflète l’influence cubaine de Miami et plus particulièrement l’immigration cubaine conséquente à l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro en 1959. J’y rencontre les trois filles que je devais rejoindre et avec lesquelles j’allais passer mon voyage. Nous décidons de longer la mer en marchant, malgré la pluie. Par la suite, nous avons également pris le métro aérien pour visiter la ville différemment. Nous nous rendons ensuite à Wynwood. C’est un quartier très sympathique de Miami où se regroupe la majorité des muraux.

Pour terminer notre journée, nous nous sommes rendues à l’auberge de jeunesse où nous avions choisi de loger, Miami Beach International Hostel. Notre plan pour la soirée était d’acheter des tickets pour un club (avec boissons comprises) à l’auberge de jeunesse, mais il n’y avait plus de places disponibles. Le prix de la soirée est normalement de 100 dollars donc autant vous dire que nous avons passé notre tour. Nous sommes finalement restées une partie de la soirée dans la salle commune de l’auberge avant de nous rendre au Bodega, boîte de nuit avec entrée gratuite (en tout cas pour les filles).

Dimanche : Key West ? Pas Key West ? Telle était la question 

Notre plan pour dimanche était d’aller à Key West. Nous avions réservé une voiture sur turo.com, c’est à 3h30 de route environ. Mais la violente pluie et le vent qui soufflait très fort ont au départ remis en question notre plan. En effet, Key West est la dernière île de l’archipel des Keys ; la route pour y aller est bordée des deux côtés par l’océan donc nous imaginions qu’il serait peu sûr de s’y rendre en pleine tempête. Finalement, nous avons profité d’un moment d’accalmie pour aller chercher la voiture et partir. Ce fut sans doute la meilleure décision que nous ayons prise. Nous souhaitions visiter Key West car c’est réputé pour être très joli, mais quand en plus cela permet d’échapper à la pluie de Miami… que demander de mieux ?

Petit paradis 

Plus nous roulions en direction de Key West, plus il faisait beau. Nous voyions enfin le ciel bleu et le SOLEIL!! Oui car normalement quand on va à Miami, c’est pour profiter du soleil, ce qui n’était pas gagné jusque-là. Avant même d’y être, ce fut incroyable ; la route bordée d’eau bleue turquoise fait partie de la destination. Arrivées à Key West, nous avons été au mural « Greetings from Key West » et surtout au Southern point (point le plus au sud des États-Unis). Par contre, nous avons fait la queue pendant une heure pour prendre notre photo (personnellement, je trouve que ça vaut le coup). Le ciel a commencé à s’assombrir. Nous avons cependant eu le temps d’aller à la plage au Fort Zachary ; magnifique également. Un pur bonheur. Nous décidons de partir pile au moment où il commence à pleuvoir des trombes. Nous achetons néanmoins une Key Lime Pie avant de quitter l’île, une tarte au citron meringuée, la spécialité de Key West.

Lundi 

Everglades 

Pour visiter le parc national des Everglades, nous avons réservé un tour avec un tour-opérateur sur getyourguide. On m’a toutefois dit après coup que ça n’était pas la meilleure solution pour visiter le parc ; plus d’informations sur mon article à propos des parcs nationaux aux États-Unis. J’ai tout de même apprécié ma visite, en hydroglisseur. Il ne pleuvait pas et j’ai vu des alligators. Il me semble que c’est le principal! Ce que j’ai un peu moins apprécié c’est le « show » avec les alligators à la fin de la visite. Je pense que les animaux ont autre chose à faire que de nous divertir. 

Miami Beach

Nous ne nous sommes pas baignées (non, même pas…) car il ne faisait pas assez beau mais nous avons marché le long de la plage ; des cabanes de sauveteurs colorées la parsèment, c’est très mignon.

Ensuite, nous sommes allées au South Pointe Park Pier. Le soir, après avoir rencontré de nouvelles personnes à l’auberge, nous nous sommes rendues encore une fois au club Bodega. C’est plutôt le bon plan quand on voyage avec un budget serré. 

Mardi : profiter de la dernière journée

Départ de l’auberge de jeunesse. Je décide de me rendre à la plage avec les personnes que je venais de rencontrer. Il faisait beau, chaud. L’après-midi, je souhaitais visiter encore une fois dans le centre-ville. Nous sommes allés à Little Haïti et à Miami District Design. Ce dernier est un quartier créatif dédicacé à l’art, au design et à l’architecture. J’ai adoré l’originialité des oeuvres, les couleurs, leur modernité. 

Avant d’aller à Miami, je pensais que c’était chic, classe. En arrivant là-bas, j’ai réalisé que pas du tout! C’est pauvre et c’est sans doute ce qui m’a choqué le plus. Certaines personnes ne parlent pas anglais ; les conducteurs d’Uber me parlaient en espagnol. Sortir dans les meilleurs clubs coûte très cher. Malgré la première journée qui ne présageait pas un bon séjour (mauvaise météo, soirées hors de prix), j’ai réussi à prendre la situation avec philosophie comme on dit et à profiter. J’ai visité la ville, j’ai été à Key-West, j’ai trouvé un club gratuit pour sortir le soir et j’ai rencontré des gens géniaux. Et c’est sans doute ce dernier point que je retiens le plus. Les rencontres ont parfait mon séjour ; je suis arrivée seule et une fois sur place j’ai rencontré des personnes venant du Brésil, d’Allemagne, de Pologne, d’Espagne et de France. C’était vraiment cool! Je garde de ce séjour un magnifique souvenir.  

Conseils :

Rendez-vous sur mon article Guide pour un séjour à Miami pour plus d’informations et de conseils : recommandations de visite, meilleure période pour y aller, conseils logement/déplacements, etc. 

Budget :

  • Logement à l’auberge de jeunesse : 107 dollars pour 3 nuits.
  • Location de la voiture : 60 dollars/4 personnes + carburant (20 à 30 dollars/4). 
  • Tour des Everglades : 29 dollars. 

Point historique sur la Floride et Miami :

Premiers établissements espagnols : 

Pedro Menéndez de Avilés et ses hommes sont considérés comme les premiers Européens à accoster à Miami. Ils visitent un village des Tequesta en 1556. Leur arrivée a des conséquences sur la vie des Amérindiens : les maladies et les guerres contre les autres tribus amérindiennes affectent les Tequesta, qui disparaissent totalement 250 ans plus tard. C’est au début des années 1800 que les premiers colons européens s’installent dans la zone. 

Colonisation britannique :

L’Espagne céda la Floride aux Britanniques après la guerre de Sept Ans (1756-1763).

Deuxième période espagnole :

L’Espagne récupéra la Floride grâce au traité de Paris en 1783. Elle maintint cette emprise jusqu’en 1819, date à laquelle elle est contrainte de vendre ce territoire aux États-Unis.

Essor de Miami dans les années 1890 :

Julia Tuttle achète une plantation d’agrumes dans la région, puis s’y installe en 1886. Considérant que Miami a un important potentiel, celle que l’on surnomme aujourd’hui la « Mère de Miami » consacre le reste de sa vie au développement de la ville.

Immigration :
  • Immigration cubaine : l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959 fait affluer en une décennie un demi-million de Cubains en Floride du Sud, dont 250 000 s’installent à Miami. Ils s’implantent pour la plupart dans le quartier de Riverside, aujourd’hui Little Havana.
  • Immigration des Caraïbes : l’immigration haïtienne se développe au cours des années 1960 en raison du régime dictatorial du président d’Haïti François Duvalier.

« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. »